Citation : " (...)Viennent ensuite les nourrices (images de la terre nourricière), assises dans un fauteuil d'osier et allaitant  un ou deux enfants. Ce "lien du lait" est unique dans l'Occident romain, et typiquement gaulois." 

Maurice Franc "Les figurines de terre blanche de l'Allier" Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais, 1er trimestre 1990

Comment sont-elles fabriquées ?

Les figurines sont réalisées par moulage

Au cours des fouilles archéologiques sont mises au jour plusieurs éléments différents : des archétypes, des moules et des figurines entières ou bien souvent seulement des fragments de figurines. Détails ci-dessous.

L'archétype

 

Avant la mise en production d'une figurine il faut qu'un modèle soit réalisé. L'archétype est cet original, ce point de départ.

A partir d'une motte d'argile, un artisant, un artiste modèle la figurine, lui donne sa forme générale, apporte tous les détails (attitude, expression du visage, chevelure, vêtements pour un personnage ; attitude, pelage ou plumes pour un animal...).

Lorsque l'oeuvre lui convient, avant le séchage et la cuisson de cet archétype, le modeleur trace en creux une ligne séparant la figurine en face avant et face arrière pour un personnage, côté droit et côté gauche pour un animal. Ceci pour les figurines présentant un axe de symétrie qui va permettre de réaliser les deux valves du moule.   

 

Les moules

 

Les deux parties d'un moule peuvent être réalisées à partir de deux éléments :

  • soit un archétype, un original exécuté par un créateur, modelé à partir d'une simple motte d'argile (voir ci-contre),
  • soit à partir d'une figurine existante provenant de son atelier ou bien d'un autre atelier ; tous les potiers ne sont pas forcément aptes au modelage, et les droits de propriété intellectuelle n'existent pas !

Dans ce dernier cas les figurines qui seront fabriquées seront totalement identiques mais plus petites (7% plus petites signalent généralement les scientifiques). Il s'agit là de la conséquence du retrait au moment du séchage (précisions ci-dessous)

Les figurines

ou fragments de figurines

 

Quand les archéologues pnt la chance de trouver une figurine entière elle peut être directement mesurée, dessinée, étudiée, comparée à d'autres découvertes mises au jour ailleurs et autrefois.

Bien souvent ce sont seulement des fragments qui sont retrouvés. Il s'agit alors de déterminer de quelle figurine ils peuvent provenir puis de tenter une reconstitution avec les divers morceaux. Mais il peut en manquer... On peut avoir la chance de retrouver ailleurs des tessons provenant du même moule et permettant peut-être d'obtenir une reconstitution totale. Nous reviendrons sur cet aspect à partir des travaux de Maurice Franc et Hugues Vertet.

La fabrication d'une figurine : les résultats des expérimentations de Maurice Franc et Dominique Lapendry

Ces statuettes en terre cuite étaient réalisées, en séries, par moulages. Mais techniquement comment les potiers gallo-romains réalisaient-ils un moule ? Comment ensuite moulaient-ils keurs figurines ?

Afin de répondre à ces interrogations, Maurice Franc ne peut se contenter de lire les diverses versions rédigées, depuis le XIXème siècle par les uns et les autres. Il veut se confronter avec la matière, il veut expérimenter. Pour le faire il prend contact avec un potier professionnel expérimenté, Dominique Lapendry. La réussite n'est pas au rendez-vous immédiatement. Les résultats ne sont obtenus qu'après une série d'essais successifs.

Ainsi, pour ne citer qu'un seul exemple, lorsque nos deux compères veulent prendre leur première empreinte, ils posent sur la table de travail une galette épaisse d'argile et, quand on enfonce la statuette.... la terre se répand, l'empreinte se déforme. La galette doit être retenue sur tous les côtés dans un cadre afin d'éviter toute déformation.

Les sept étapes de cette fabrication

1

L'expérimentation est faite à partir d'une Vénus provenant du sita gallo-romain de Toulon-sur-Allier.

On couche la figurine sur la galette d'argle, on presse. Il est indispensable de bien prendre l'empreinte de l'exacte moitié de la figurine. Le sillon tracé sur la statuette aide à le faire avec précision.

Avca 41 a comment

 

2

L'empreinte du socle peut être faite avec l'ensemble de la figurine ou séparément.

Souvent le modèle que l'on veut reproduire porte des marques précises délimitant chacune des deux valves du moule (avant / arrière pour un personnage ; moitié gauche / moitié droite pour un animal)Comment photo 2.

 

3

Même opération pour l'autre face.

Les marques permettent une parfaite complémentarité des deux moules, face avant et face arrière pour un personnage, droite et gauche pour un animal.

C'est primordial pour les phases de moulage des statuettes.

Comment photo 3

.

4

On obtient deux moules de couleur grise.

Ils deviendront blancs après cuisson. Détails sur la page Fours.

Certains modèles nécessitent jusqu'à douze moules, c'est par exemple le cas du Tireur d'épine.

Comment photo 4

5

On tapisse ensuite chaque moule avec une galette de glaise. Cette opération se fait essentiellement manuellement.

Détail émouvant : dans les moules retrouvés lors des fouilles on aperçoit quelquefois les empreintes digitales d'un potier anunyme d'il y a 2000 ans.

Comment photo 5

6

Après un 1er temps de séchage, on démoule une des deux parties de la figurine.

On la place sur l'autre qui est toujours dans son moule. De la glaise diluée (barbotine) fait office de colle entre les deux faces de la figurine.

 

Comment photo 6

7

Dès que la figurine est sèche et peut sortir du moule sans se déformer, elle est collée sur son socle.

La cuisson la rendra blanche (voir rubrique Fours) et dure.

Comment photo 7 et fin 1

 

Les photographies qui illustrent cette séquence sont celles de panneaux d'exposition réalisés par Maurice Franc (Fonds Maurice Franc)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/01/2018