Citation : " (...)Viennent ensuite les nourrices (images de la terre nourricière), assises dans un fauteuil d'osier et allaitant  un ou deux enfants. Ce "lien du lait" est unique dans l'Occident romain, et typiquement gaulois." 

Maurice Franc "Les figurines de terre blanche de l'Allier" Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais, 1er trimestre 1990

COMITE SCIENTIFIQUE

Comité Scientifique auprès du Fonds Maurice Franc

 

Le vendredi 16 septembre 2016, à partir de 17h30, sous la présidence de M Alain Denizot, maire d'Avermes, s'est tenue la réunion d'installation du Comité Scientifique auprès du Fonds Maurice Franc. 

 

Les membres de ce Comité scientifique :

Mme Emmanuelle Audry-Brunet / Musée Anne de Beaujeu 

M Roger Bonnabaud / Société Scientifique du Bourbonnais

Mme Karine Gougnot / Maison des Arts et des Sciences d'Yzeure

M David Lallemand / Service d'Archéologie Préventive du Département de l'Allier

Mme Dominique Laurent / Société Bourbonnaise des Etudes Locales

Mme Sandrine Talvas-Jeanson / docteur en archéologie

Pas de nom précis, une présence à chaque réunion / Société d'Emulation du Bourbonnais

Emmanuelle Audry-Brunet,

Emmanuelle Audry-Brunet, chargée des collections archéologiques au musée Anne-de-Beaujeu de Moulins (03) et responsable du service de médiation pour les musées départementaux de l’Allier, est diplômée en archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et a étudié à l’Ecole du Louvre. Après plusieurs années comme chargée de mission archéologie pour le département de l’Essonne, elle intègre l’équipe des musées départementaux de l’Allier en février 2016. 

 

Le musée Anne de Beaujeu (MAB)

Le musée départemental Anne-de-Beaujeu est un musée de France présentant des collections d’art et d’archéologie. Il a été inauguré en 1910 à Moulins (Allier).

Le musée occupe le pavillon Renaissance, construit entre 1498 et 1503, qui venait clore la cour du château des ducs de Bourbon.

Le parcours permanent du musée permet de découvrir des collections variées :

·        égyptologie,

·        archéologie régionale,

·        présentation des ducs de Bourbon,

·        sculpture médiévale bourbonnaise du Moyen Âge et de la Renaissance,

·        peinture, sculpture et arts décoratifs principalement d'Allemagne et des Pays-Bas des 15e et 16e siècles,

·        art décoratif moulinois du 18e siècle (faïence et coutellerie),

·        peintures et sculptures du 19e siècle.

Le musée Anne-de-Beaujeu, la Maison Mantin et le château des ducs de Bourbon, sont des équipements culturels du Département de l’Allier, gérés par le Conseil départemental depuis 2004. Ils forment, avec le musée de l’illustration jeunesse (MIJ), le service des musées départementaux. 

Roger Bonnabaud

Retraité, adhérent à la Société Scientifique du Bourbonnais depuis 1963, intéressé par les diverses disciplines étudiées par cette Association et plus particulièrement par la préhistoire, la période gallo-romaine, l’architecture, le petit patrimoine...

 

La Société Scientifique du Bourbonnais et du Centre de la France :

La Société Scientifique du Bourbonnais et du Centre de la France a pour objectif principal l’étude et la protection de la nature.

Société de Sciences Naturelles fondée en 1888 par Ernest Olivier pour regrouper botanistes et entomologistes, la SSB s’intéresse à de nombreuses disciplines : Zoologie dont entomologie et ornithologie - Botanique – Mycologie – Paléontologie - Préhistoire - Géologie – Astronomie – Archéologie – Architecture - Recherche des anciens chemins et réseaux routiers.

L’aboutissement de la création de la Réserve Naturelle du Val d’Allier en 1994, grâce aux connaissances autodidactes et à la ténacité de Gaston Pic, membre de la SSB depuis les années 50 et Président de 2002 à 2007, est un des exemples marquants de l’activité de la Société Scientifique du Bourbonnais

Une revue annuelle publie les recherches et observations de ses membres ainsi que les comptes rendus des réunions mensuelles ouvertes au public. Au cours de ces réunions, la plupart des sujets évoqués sont accompagnés de projections photographiques commentées.

 

La SSB propose régulièrement des conférences tournées vers le grand public.

La SSB participe à diverses commissions : Frane – Drire - Natura 2000...

Elle est également présente au Forum des associations de Moulins et environs.

Karine Gougnot

Karine Gougnot est directrice du Pôle Arts, Sciences et Lecture de la ville d’Yzeure (03). 

 

La Maison des Arts et des Sciences de la ville d’Yzeure

Quand arts et sciences se rencontrent…

Ouverte depuis 2005, la Maison des arts et des sciences offre, aux différents publics, la possibilité de pratiquer les arts plastiques et graphiques, ainsi que les sciences, de manière régulière, durant l’année. Pendant les vacances scolaires, des stages complètent les propositions. Au total, pas moins de 8 ateliers pour adultes, 5 pour enfants et ados et 5 stages sont à retrouver dans la plaquette intitulée Ateliers Stages 2015-2016.

Des expositions et des Cafés des Curiosités y sont aussi programmés. De Fête de la Science où la structure est reconnue Village des sciences, c’est-à-dire lieu de diffusion de culture scientifique du département de l’Allier, aux expositions de plasticiens, ou faisant référence à des disciplines artistiques et thématiques sociétales, il y en a pour tous les goûts. Adaptées à tous les âges, les expositions sont ouvertes aussi aux groupes qui désireraient suivre les visites guidées et profiter des ateliers mis en place pour l’occasion.

La Maison des arts et des sciences est également un pôle ressources de culture scientifique, accueillant écoles et autres groupes d’enfants et d’adolescents souhaitant travailler sur des projets spécifiques, mais aussi, depuis trois ans, le Défi technologique initié par l’Inspection académique. Malles pédagogiques, expositions itinérantes sur les thèmes du parfum, de l’argile et de l’électricité peuvent être louées. Les médiateurs culturels peuvent aussi intervenir hors les murs.

L’histoire de l’art et le patrimoine ne sont pas en reste, avec des visites guidées des espaces bâtis et naturels. Le château de Panloup dont trois salles abritent la Gallinothèque, l’église Saint-Pierre, joyau de l’art roman, les œuvres des sculpteurs Juan Palau et Pierre Sabatier, les nombreux parcs, jardins et espaces naturels en sont quelques exemples.

Enfin, dans les locaux de la Maison des arts et des sciences, est exposé le fonds de l’Artothèque : œuvres d’art contemporain, achetées par la Ville à des plasticiens lors d’expositions temporaires. Sculptures, peintures, gravures, photographies, installations sont empruntables pour deux mois et visibles sur le site Internet de la Ville.

David Lallemand

Responsable du Service d’Archéologie Préventive du Conseil Départemental de l’Allier

 

 

Le Service d’Archéologie Préventive du Département de l’Allier (SAPDA°

Le Conseil Départemental de l’Allier s’est doté depuis 2008 d’un service d’archéologie préventive. Celui-ci peut ainsi intervenir dans les meilleurs délais sur les travaux d’aménagements réalisés dans le département.

Labellisé par le ministère de la Culture et de la Communication, il peut intervenir, indifféremment pour des privés comme pour des collectivités, sur des fouilles et des diagnostics prescrits par l’État. Il apporte une réponse rapide et au juste coût pour conserver la mémoire des lieux et de ses occupants.

Pour mener à bien son travail, le service d’archéologie préventive dispose d’une équipe d’archéologues. Tous ont des périodes de prédilection : Protohistoire, Antiquité, Moyen Âge… mais aussi des spécialités, pour les études des ossements, de la poterie, du bois, du fer, du verre, etc. Ils mettent à nu des vestiges oubliés pour nous en apprendre plus sur notre grande et petite histoire.

À chaque chantier terminé, ils inventorient les données collectées, avant de les étudier dans leurs moindres détails.

C’est aussi cela l’archéologie : on passe de la pelleteuse au microscope de laboratoire. À partir d’un prélèvement de terre, ils sont capables d’étudier d’éventuels pollens, graines et autres charbons de bois.

L’objectif poursuivi est de tenter de reconstruire, sur la base d’éléments scientifiques précis, le paysage de l’époque. Il s’agit aussi d’en apprendre plus sur les us et coutumes des sociétés anciennes. Les archéologues publient ensuite les résultats pour la communauté scientifique, mais proposent également des actions ciblées auprès de différents publics, dont les scolaires.

Dominique Laurent

Présidente de la Société Bourbonnaise des Etudes Locales (S B E L )

 

 

La Société Bourbonnaise des Etudes Locales (S B E L )

La S. B. E. L. a été créée en 1920 comme groupe départemental de la Société Centrale des Etudes Locales de l'Enseignement Public, à la suite d'une circulaire ministérielle du 25 février 1911, appelant à "la vigilance du corps enseignant sur l'enseignement de l'histoire et de la géographie locales."

Depuis sa création, cette société édite un bulletin, portant d'abord pour titre "Notre Bourbonnais", devenu en 1984 "Etudes Bourbonnaises". Paraissant quatre fois par an, il offre des articles inédits qui permettent aux chercheurs de faire connaître leurs travaux, ainsi publiés à titre gracieux ou de connaître les études réalisées, mais il s'adresse également à tous les publics curieux des différents aspects de l'histoire locale, toujours en rapport avec un cadre historique d'ensemble. Ce bulletin totalisant environ 200 pages par année est adressé sur abonnement.

Deux conférences d'accès libre et gratuit sont organisées dans l'année, à l'automne et au printemps. Elles sont données par des intervenants spécialistes en des domaines variés de l'histoire locale et permettent de faire le point sur l'actualité de la recherche.

Les bulletins, brochures et ouvrages édités par la S. B. E. L. peuvent être consultés dans les médiathèques, bibliothèques universitaires ou de sociétes et aux Archives Départementales et Municipales.

La S. B. E. L. est affiliée au CTHS ( Comité des Travaux Historiques et Scientifiques) et à la Société des Sociétés Savantes du Centre de la France qui organise chaque année un Congrès sur un thème différent.

Sandrine Talvas Jeanson

 « Docteur en Sciences de l’Antiquité, j’ai réalisé une thèse à l'Université de Toulouse II-Le Mirail sur les figurines gallo-romaines en terre cuite et plus particulièrement sur leur contexte de découvertes archéologiques, sous la direction de J.- M. Pailler et P.-Y. Milcent.

Je suis aujourd’hui associée à l'équipe de recherche ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et je réalise, en tant que chargée d’étude de l’instrumentum, des études ponctuelles pour différentes institutions. »

 

Cette thèse, un triptyque

Description publiée dans Epure, les publications de la Recherche de l’Université de Toulouse

 

La figurine en terre cuite gallo-romaine doit être perçue autrement que comme une simple statuette en ronde-bosse. Ce travail en l'associant à un contexte gallo-romain, qu'il soit civil, cultuel ou funéraire permet d'observer la figurine en tant qu'objet archéologique. Il a comme support un inventaire "représentatif" de sites associé à un catalogue iconographique afin de décrire les figurines dans leur contexte archéologique. Cette étude vise à définir des fonctions et à donner une place à cette figurine au sein de la société gallo-romaine. Elle nous plonge dans l'histoire économique et sociale mais également religieuse et funéraire d'une frange modeste de la société gallo-romaine. La protection accordée par ces objets est recherchée dans les ateliers artisanaux mais également dans l'habitat sous la forme d'une représentation en terre cuite de Vénus, de la déesse-mère ou bien encore d'un personnage ou d'un animal. Il semblerait qu'elle reste dans la famille de la naissance à la mort. D'abord un jouet, elle devient une présence au quotidien puis un accompagnement dans la tombe. Son rôle diffère Lorsqu'elle est mise au jour en contexte cultuel, elle devient une offrande ou parfois même un ex-voto dans les lieux de culte et plus particulièrement dans les sanctuaires.

 

Société d'Emulatiuon du Bourbonnais

 La Société d’Emulation du Bourbonnais aura un de ses membres, pas forcément le même, présent à chacune des réunions du Comité Scientifique.

 

 

Société d’Emulation du Bourbonnais (SEB)

La Société d'Émulation du Bourbonnais, association des lettres, sciences et arts, est reconnue d'utilité publique par décret du 20 août 1925 (habilitée à recevoir des dons et legs). Elle a été fondée à Moulins en 1845 et autorisée par arrêté du Préfet de l'Allier du 30 janvier 1846. Elle a été reconnue d'utilité publique par décret du 20 août 1925. Depuis sa fondation, la Société d'Émulation se consacre, par ses séances mensuelles et son bulletin trimestriel, au développement des études sur l'ancienne province du Bourbonnais et le département de l'Allier. Sa séance solennelle de fin d'année, présidée par une personnalité, permet à un conférencier de renom d'exposer un thème d'ordre général. Son importante bibliothèque et ses archives sont ouvertes gratuitement à ses membres et pour une somme modique aux chercheurs extérieurs.

Propriétaire, depuis 1933, d' immeubles des XVe et XVIIe siècles, situés 4 et 6, place de l'Ancien Palais à Moulins, la Société d'Émulation y avait installé, en 1939, un musée accueillant des collections principalement ethnographiques. Ces dernières demeurent visibles, en partie, à cette adresse au "Musée de la Visitation et de la vie bourbonnaise" créé en 2005 par l'association "Regard sur la Visitation".

Divers musées de la région moulinoise (musée de la Visitation et de la vie bourbonnaise (à Moulins), musée rural de la Sologne bourbonnaise (à Beaulon), musée Augustin Bernard (à Bourbon-l'Archambault), musée de la mine (à Noyant), maison du luthier (à Jenzat), musée du bâtiment (à Moulins), centre national de l'illustration (à Moulins) ) conservent et exposent le reste des collections.

La Société d'Émulation du Bourbonnais participe à la vie culturelle de la ville de Moulins et du département de l'Allier par diverses manifestations, en particulier par le prêt sur demande de ses archives ou de ses collections pour des expositions temporaires organisées par des musées, des collectivités ou des associations.

 

Vendredi 16 septembre, 17h30, mairie d’Avermes

Mise en place du Comité Scientifique

auprès du Fonds Maurice Franc

 

1 / accueil présentation de chacun des présents

2/ Introduction par M Alain Denizot maire d’Avermes

3/ Maurice Franc :

·       Bio express

·       Figurines : travaux avec Dominique Lapendry ; travaux avec Hugues Vertet puis Georges-André Colas

·       BT et valise ressource

4/ Le Fonds Maurice Franc

·       Donation, pourquoi nous ?

·       Contenu

·       Référencement : fiches et index alphabétique

·       Consultation 

5/ Rencontres Maurice Franc

·       1ères Rencontres

·       Chroniques

·       Programme des 2èmes Rencontres

5/ L’Atelier Patrimoine de l’Avca

·       Nos actions réalisées

·       Nos projets

6/ Comité scientifique

·       Objectifs

·       Organisation

·       Prochaine réunion

 7/ Clôture des travaux par M Alain Denizot

 

 

Logo l atelier patrimoine version definitive 1Logo ville d avermes

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 25/09/2016