Citation : " (...)Viennent ensuite les nourrices (images de la terre nourricière), assises dans un fauteuil d'osier et allaitant  un ou deux enfants. Ce "lien du lait" est unique dans l'Occident romain, et typiquement gaulois." 

Maurice Franc "Les figurines de terre blanche de l'Allier" Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais, 1er trimestre 1990

Les figurines de A à Z

  • Coqs et poules

    Parmi les représentations d'oiseaux, coqs et poules en terre blanche de l'Allier sont, n'en doutons pas, les plus importantes. Les coqs car, comme bien souvent, il y en a de différentes factures, en majesté, à l'attaque. La poule, elle, est la plus petite des figurines gallo-romaines des second et troisième siècles de
  • Déesse-nourrice

    La fabrication de cette figurine débute au second siècle de notre ère. Nommée déesse-mère, déesse-nourrice ou nourricière, cette divinité est assise dans un fauteuil en osier, elle allaite, selon les cas un ou deux bébés. Certaines d'entre elles portent sur la tête une tourelle, car elle est déesse d'un territoire
  • Offrants

    Jeunes et vieux offrants sont vêtus à la gauloise : braies, tunique, sandales en cuir. Ils tiennent en main une patère, soucoupe pour les offrandes. Mais, ces offrandes ne sont jamais représentées, alors même que les artisans étaient capables de réaliser des détails avec précision (coiffures par exemple). Pourquoi ?
  • Oiseaux

    De nombreuses figurines gallo-romaines en terre blanche de l'Allier représentent des animaux. Nombreux sont les oiseaux : coqs et poules, paons, pigeons, ... Ils sont porteurs de symboles, ce sont sans doute aussi des jouets pour les enfants. Si certains de ces oiseaux sont facilement identifiables, pour d'autres non.
  • Paons

    Trois paons différents sont connus dans ce bestiaire gallo-romain en terre blanche de l'Allier. L'un fait la roue, le second a la queue plate, le dernier a la queue courbe. Les paons, symbole d'éternité, ont été et sont présents dans de nombreuses religions. La religion populaire gallo-romaine ne fait pas exception.
  • Poupée ou Vénus sans bras

    Cette poupée sans bras a été découverte et dessinée par Edmond Tudot, au milieu du XIXe siècle, lors de fouilles à Toulon-sur-Allier (03). Depis certains scientifiques pensent qu'il s'agit sans doute d'une représentation de Vénus. Particularité de cette figurine, elle est beaucoup plus grande.
  • Risus

    Ce buste d'enfant en terre cuite de l'Allier a été dénommé Risus au XIXe siècle, certains auteurs indiquent même que ce nom lui a été donné par Edmond Tudot. Il existe plusieurs variantes de ce type de figurines. On retrouve assez souvent ce modèle dans des contextes funéraires, domestiques. Trèspopulaire le garçon ?.
  • Tireur d'épine

    Réplique en miniature d'une statuette en bronze de 73 cm de hauteur, le tireur d'épine n'a été fabriqué qu'en tout petit nombre d'exemplaires. D'après des potiers, pour le réaliser il fallait sans doute 12 moules au lieu de seulement 2 pour de multiples figurines. Il devait donc être plus onéreux à l'achat.
  • Vases zoomorphes

    Les découvreurs du XIXe siècle les ont nommés vases. Mais, compte-tenu de leur taille, guère possible de mettre beaucoup de fleurs, et seulement des petites ! Des analyses scientifiques, au XXe siècle, ont prouvé que c'était des flacons qui ont contenu... Voir la finesse des représentations animales humaine, végétale
  • Vénus anadyomène

    Vénus est la figurine qui a été fabriquée en plus grand nombre. Elle est la déesse des eaux du ciel et de la terre. De nombreuses variantes existent. Chevelure, visage, draperie, position de la main, source... varient, évoluent au fil du temps, au gré des potiers. On la retrouve au domicile et dans les tombes.
  • Vénus protectrice

    Cette Vénus protectrice est l'une des figurines gallo-romaines souvent plébiscitée par ceux qui découvrent ces statuettes en terre blanche de l'Allier. Immédiatement elle nous "parle", comme elle devait parler il y a deux mille ans aux gallo-romains.